Nous sommes ce que nous lisons

Le 23 avril, la journée du livre est célébrée dans le monde entier. Son origine remonte à l’année 1926 car c’est à cette date que moururent d’importants écrivains comme William Shakespeare et Miguel de Cervantes, ainsi que l’un des plus célèbres poètes, Garcilaso de la Vega.

S’agissant d’une date si symbolique pour la littérature universelle, en 1995, l’UNESCO proclama cette journée comme la Journée mondiale du livre pour rendre hommage au livre et à ses auteurs, afin de faire connaître aux jeunes les bénéfices de la lecture dans l’enrichissement culturel et reconnaître le grand apport qu’il suppose dans le progrès social, culturel et intellectuel.

Cette journée est fêtée sous une forme spéciale à Barcelone, où les rues se remplissent de livres et de roses et la légende de Sant Jordi est commémorée. La légende nous raconte qu’il y avait un dragon qui attaquait un peuple. Les habitants accordèrent  que, pour le satisfaire, ils lui donneraient à manger une personne le jour choisi par tirage au sort. Un jour, dans ce tirage au sort, c’est la princesse qui fut choisie. C’est alors qu’apparut un chevalier dénommé George qui put abattre le dragon et, de son sang, poussa une rose qu’il offrit à la princesse.

Pour cette raison, en Catalogne, il existe cette tradition populaire qui permet que ces deux événements partagent ce jour de célébration et, le 23, des roses rouges sont offertes (Sant Jordi) et des livres (Jour du Livre).

En prenant comme point de départ la Journée du Livre et de Sant Jordi, que nous fêterons le 23 de ce mois, et la relation qui existe entre la lecture et la culture d’un pays, nous en profitons pour partager quelques réflexions sur l’importance de la lecture dans la société numérique. 

À cette époque où prédominent les supports numériques et où il existe un excès d’information publiée sur Internet, les utilisateurs ont tendance à lire davantage à travers les dispositifs électronique. Ce qui fait que nos lectures soient habituellement plus rapides et très rarement pour le plaisir.

Nous pourrions dire que dans cette société du XXIème siècle nous somme infoxiqués de contenu, en forgeant le concept d’Alfons Cornella. Le concept infoxication se réfère à l’excès d’information provoquée par l’abondance de contenus sur Internet qui nous sature et nous empêche de prendre réellement plaisir à une bonne lecture.

Nous savons tous que la lecture es importante mais vous êtes-vous demandé une fois pourquoi ? Le simple fait de lire a une multitude de bénéfices, entre autres, développer la créativité et l’imagination, réduire le stress, freiner la détérioration cognitive, améliorer les habiletés sociales. Elle nous aide également à augmenter le vocabulaire, à améliorer l’intelligence, à avoir un esprit plus ouvert et critique, et un long etcétéra de bénéfices en augmentant notre lecture attentive et concrète.

Sant Jordi est une opportunité pour récupérer la coutume de la lecture dans nos vies.  Chez AADIMATIQ jouir d’une bonne lecture nous enchante et tous les projets de traduction humanistico-littéraire nous envoûtent. Dans la traduction humanistico-littéraire, il faut prendre très en compte la construction correcte et ce que signifiera notre travail pour la compréhension. Dans ces projets de traduction, nous avons le pouvoir de faire arriver cette œuvre à un plus grand nombre personnes et que d’autres rêvent comme nous l’avons fait.

Pour terminer, nous voulons partager un fragment du poème Ode au livre de Pablo Neruda et ressentir à nouveau à quel point un livre peut être merveilleux :

ODE AU LIVRE (II)

LIVRE 
beau,
minime forêt, 
feuille
après feuille, 
ton papier
a une odeur
d’élément, 
tu es
matinal et nocturne,
céréal, 
océanique, 
sur tes vieilles pages 
des chasseurs d’ours, 
des feux  
près du Mississippi, 
des canoës 
aux îles,
puis 
des chemins
et des chemins,
des révélations, 
des peuples 
insurgés,